Retour au Blog

Qu’est-ce que Agriloops ?

[MGSU LAB] Agriloops développe la première ferme aquaponique en eau salée, une technique qui combine l’élevage de poissons ou de crustacés avec une activité maraîchère.

Cette nouvelle technique d’aquaculture est ainsi plus respectueuse de l’environnement puisqu’elle permet de recycler les effluents aquacoles en fertilisants et utilise jusqu’à 90% d’eau en moins que des systèmes conventionnels.

Nous rencontrons ici, Jérémie Cognard, CEO d’Agriloops, pour en découvrir d’avantage.

Comment vivez-vous la campagne de levée de fonds actuelle ? Recherchez-vous également des investisseurs pro ?

Jérémie Cognard, CEO Agriloops MGSU LABLa campagne que nous venons de lancer sur Sowefund connait un beau démarrage et nous faisons tout pour rester sur cette belle dynamique.

D’ailleurs, nous rencontrons aussi des business angels pour leur proposer d’investir chez nous. Et, à ce jour, nous sommes heureux d’avoir des retours positifs et des propositions d’investissement.

Il a été d’autant plus intéressant pour nous d’aller voir des fonds d’investissement en amont de ce tour, car nous comprenons mieux leurs attentes. Ainsi, cette première levée de fonds va nous permettre de nous présenter plus tard auprès de ses fonds en ayant atteint des étapes clefs qui nous permettront de lever davantage et d’accélérer ainsi notre développement.

Quelle est l’origine d’Agriloops ?

En tant qu’ingénieurs agronomes, mon associé Romain et moi-même nous sommes vite rendus compte que l’aquaculture représentait plus de la moitié des produits de la mer que nous consommions.

Or, cet élevage aquacole cause de graves problèmes environnementaux, sanitaires et sociaux. Pour faire place aux bassins d’élevage, on supprime des mangroves et on pollue les littoraux, si précieux pour les populations locales. À cela s’ajoute une utilisation croissante d’antibiotiques pour soigner certaines maladies.

schema-composants-aquaponie MGSU LAB

Source : www.aquaponie.bio

Avec Romain, nous nous sommes donc posés cette question : « Comment produire autrement ? ». C’est pourquoi en sortant de l’école, nous avons décidé de lancer notre entreprise. C’est à travers nos études et nos expériences au Kenya et au Mexique que nous avons découvert l’aquaponie : mariage de l’aquaculture et de l’hydroponie, cette technique permet de recréer un complexe agricole durable, local et respectueux de l’environnement.

Il faut savoir que l’infrastructure aquacole représente le coût le plus important d’une ferme en aquaponie. Or, dès le départ, nous nous sommes aperçus que l’aquaponie était déjà utilisée, mais pour des produits à faible valeur ajoutée, souvent des poissons d’eaux douces, comme la carpe ou le tilapia. C’est donc pour mieux la valoriser que nous avons décidé de nous orienter vers l’élevage d’espèces d’eau salée, comme la crevette qui représente 15 % des échanges en matière de poisson au niveau mondial ! Nous sommes ainsi sur un marché très attractif, qui représente plus de 20 milliards d’€ au niveau mondial.

Grâce à nos fermes, nous pouvons élever des crevettes localement et garantir aux consommateurs des crevettes fraîches et élevées dans le respect de l’environnement. Nos légumes, quant à eux, possèdent en plus un goût incomparable puisqu’ils sont produits en milieu salé. Nous sommes d’ailleurs en train de développer « un mesclun de la mer » au goût unique !

En effet, notre but est d’aller voir des chefs qui ont envie de cuisiner un produit frais et différent. Ainsi, nous répondons à la demande des consommateurs comme des restaurateurs.

Quel est l’impact sur l’emploi de votre activité ?

En relocalisant l’activité d’élevage de crevettes en France, nous créons des emplois sur le long terme et non délocalisables. Nous allons en effet recruter des profils en R&D et production mais aussi en marketing, des commerciaux, etc.

Quel marché et quel business model pour l’avenir ?

Nous sommes aujourd’hui sur le marché de la crevette premium avec nos crevettes de 30 g. Pour nous, les marchés principaux sont l’UE, le Japon et les États-Unis. Sur notre premier marché, la France, nous comptons porter la casquette de producteurs, afin de démontrer que le modèle fonctionne à grande échelle. L’objectif par la suite sera de mettre sous licence nos fermes afin de se développer dans ces 3 grandes parties du monde.

Suite à notre preuve de concept sur paillasse, nous sortons du laboratoire pour installer notre premier prototype sur un terrain de 100 m² à Rennes. Cette production nous permettra de valider notre système en situation commerciale et d’aller à la rencontre des distributeurs et commerçants pour obtenir des lettres d’intérêts et des précommandes. Nous visons ainsi l’installation de notre première ferme à grande échelle en France pour 2020.

Quels avantages par rapport à de futurs concurrents ?

Nous travaillons en R&D depuis plus d’une année pour tester notre technologie et ainsi accroître notre niveau de propriété intellectuelle. Nous créons ainsi une barrière à l’entrée conséquente.

Si Romain et moi sommes aux commandes de la société, nous avons la chance d’être très bien entourés. Notre équipe en béton, composée d’entrepreneurs à succès, d’experts en aquaculture ou en marketing, nous épaule au jour le jour et dans notre stratégie.

Pourquoi investir chez Agriloops ?

  1. Nous sommes sur un marché attractif qui au niveau mondial génère 20 milliards d’€.
  2. Nous développons une technologie différenciante avec un engagement en R&D conséquent.

Nous avons travaillé pendant plus d’un an sur la preuve de concept en labo afin d’ériger des barrières à l’entrée conséquente que nous allons protéger via plusieurs brevets.

  1. Nous avons mis en place une équipe en béton avec Romain et moi à la direction et un groupe de co-fondateurs conseillers experts du domaine qui nous épaulent et nous ouvrent leurs carnets d’adresse pour aller plus vite.
  2. Nous répondons aujourd’hui à une demande claire du marché en produisant autrement et de manière durable des produits encore plus goûteux !

Alors pour investir chez Agriloops, direction Sowefund !

Retour au Blog

Laisser un commentaire