Retour au Blog

À l’occasion du Hacking de l’Hôtel de Ville de Paris, nous avons rencontré Cassandra Delage, CEO & Founder de Plast’if, la start-up à l’origine de la première machine équipée d’une imprimante 3D dédiée à la création d’objets à partir de déchets en plastique.

étude sur le recyclage de déchets en plastique PasticFrance- MGSU LABSelon une étude de PlasticsEurope, la France est l’un des plus mauvais élèves en matière de recyclage de déchets en plastique. La France se place en effet en 15ème position, sur 28 pays de l’UE, avec 65,7 % de valorisations de déchets en en plastique.

Le changement climatique est en acte et essayer de le renverser nécessite des actions de la part de chaque citoyen, mais également un changement culturel.

La machine & imprimante Plast’if agit justement sur ces deux dimensions tant cruciales à un réel changement positif pouvant nous conduire à sauver la planète.

Plast’if nous invite ainsi à interroger nos modes de consommation modernes, qui nous incitent à acheter toujours plus d’objets en plastique, mais également à regarder ces mêmes objets comme une ressource et non plus comme un déchet.

Interview de Cassandra Delage, CEO & Founder de Plast’if

Bonjour Cassandra, quelle est l’origine de Plast’if ?

Je suis Canadienne, j’ai déménagé à Paris et fait un stage ici. À mon arrivée, je me suis vite rendu compte que la France était très en retard sur le recyclage.

Or, je suis convaincue que si nous ne voyons pas les impacts de nos actions, nous ne leur donnons pas suffisamment de valeur. Du coup, non seulement nous ne recyclons pas, mais nous nous trouvons aussi beaucoup d’excuses pour ne pas le faire.

Il faut donc générer un changement de paradigme : en voyant le plastique comme une ressource, et non un déchet, nous pouvons redonner du sens et de la valeur à nos gestes de recyclage.

La machine Plast’if permet de constater que le déchet en plastique peut devenir une matière première pour la fabrication d’objets utiles. Cette expérience permet ainsi de voir le recyclage de façon positive, puisqu’il nous est directement bénéfique !

[MGSU LAB] Tu veux amener les personnes à changer la perspective à travers laquelle on regarde le recyclage. L’impact sociétal et environnemental positif de Plast’if est évident !

Quel marché visez-vous ? Du BtoB ou BtoC?

Oui, nous visons en effet le marché BtoB pour placer nos machines dans les entreprises où nous pouvons ainsi toucher le plus grand nombre et décupler notre potentiel de game changer !

Quel business model envisagez-vous ? Location ou vente de vos machines ?

Nous souhaitons plutôt louer nos machines aux entreprises.

Selon la taille et le développement de l’entreprise, nous pouvons ainsi mieux adapter le nombre de machines, afin de rendre le recyclage et la fabrication d’objets accessibles à tous les employés.

Quels objets est-il possible de fabriquer avec l’aide de la machine Plast’if ?

Nous disposons d’un catalogue de produits accessible depuis l’écran tactile de la machine, ainsi les personnes n’ont pas besoin de connaître le fonctionnement d’une imprimante 3D, qui nécessite des connaissances techniques assez pointues.

Objets bureauTous les employés peuvent accéder facilement à ce catalogue pré-programmé et choisir parmi une liste d’objets divers et variés, dont des produits permettant d’améliorer leur confort en entreprise : support d’ordinateur ou pour téléphone.

La transformation des déchets en plastique peut même devenir une activité ludique dans le cadre d’un teambuiding. Pour la création d’objets plus volumineux, comme un petit tabouret, plusieurs employés travaillent alors ensemble pour apporter leurs déchets en plastique et les transformer à l’aide d’une machine Plast’if.

Nous avons également un parcours pour les associations. Par exemple, pour les malvoyants, avec l’impression 3D nous pouvons produire des systèmes BRAILLE à partir des déchets en plastique.

[MGSU LAB] Vous souhaitez générer un changement culturel. Est-ce que vous comptez pousser les portes des écoles ?

Oui, absolument. Nous sommes en train de nouer des relations avec des écoles et préparons des actions pour inciter les plus jeunes à regarder les déchets différemment et à avoir un esprit plus critique vis-à-vis de nos modes de consommation peu soucieux de l’environnement.

Êtes-vous accompagné par un incubateur ? Et quelle est votre taille ?

paris&co - MGSU LABNous sommes 6 et sommes incubés par Paris&Co et, grâce au prix Gabriel de Live for Good, nous sommes aussi incubé à La Ruche. Nous sommes très bien entourés et rencontrons facilement des entrepreneurs et mentors qui nous aident à trouver les bonnes solutions sur toutes les thématiques liées à la vie d’une jeune startup. Notamment, l’accompagnement de Live for Good nous a permis de rencontrer de nombreux entrepreneurs sociaux, de faire partie d’une communauté bienveillante et nous avons eu de très belles opportunités de visibilité.

Nous cherchons également des investisseurs pour accélérer notre développement et regardons vers l’option crowdfunding.

Final pitch pour convaincre les investisseurs ?

Le but de Plast’if est de générer un changement dans les comportements en rendant plus ludique l’expérience du recyclage. Un but qui s’inscrit parfaitement dans le secteur des cleantechs qui intéresse de plus en plus les investisseurs.

Sans oublier que notre jeune start-up repose sur un business model solide, déjà testé chez de multiples partenaires. Autant de bonnes raisons d’investir dans notre projet ! Et pour nous contacter, rien de plus facile et c’est par ici.

 

Retour au Blog

Laisser un commentaire