Retour au Blog

BT : Mini Green Power : la mini centrale verte aux maxis ambitions

MD : Mini Green Power est une start-up 100 % française à l’origine de mini centrale alimentée en biomasse, une innovation déjà maintes fois primée depuis sa création en 2014… 

Basée à Hyères, Mini Green Power est une start-up 100 % française fondée par Jean Riondel, un des plus grands spécialistes des turbines à gaz, et Hubert Sabourin, ancien cadre dirigeant chez BP, aujourd’hui persuadés que l’avenir est aux énergies vertes. 

Avec leur mini centrale verte, maintes fois primée depuis sa création en 2014, ces nouveaux acteurs de la transition écologique proposent de passer d’un modèle basé sur une production énergétique centralisée, basée sur d’énormes structures complexes à entretenir, à un modèle de production locale, basée sur de mini unités alimentées par des déchets disponibles localement. 

 

La biomasse pour une production énergétique verte à l’échelle locale

« En quelques secondes, notre système fait ce que la nature réalise en quelques années : il transforme en hydrogène et en méthane ces résidus qui deviennent un gaz très chaud, puis de l’électricité ou du chauffage », explique Jean Riondel, cofondateur de Mini Green Power. 

La technologie de ces mini centrales vertes se base en effet sur l’utilisation de biomasse et s’adresse aux industries et aux collectivités confrontées à une masse de déchets toujours plus importante à traiter. Une mini centrale verte Mini Green Power permet de valoriser toutes sortes de débris végétaux : déchets forestiers, refus de compost, déchets d’élagage, résidus agricoles… Et, en fonction des modèles (de 550 kW à 2,5 MW), la production énergétique est en mesure de couvrir les besoins en électricité de 50 à 250 logements.

L’intégration de différents modules permet également d’autres applications : chauffage collectif ou de bâtiments publics, climatisation, séchage de boues issues des stations d’épuration, fabrication de carburants verts (granulés, plaquettes)… De quoi s’adapter aux besoins spécifiques de chaque client et aussi de nourrir de grandes ambitions pour l’avenir… 

 

Un procédé breveté qui convainc et s’exporte

Après une première mini centrale de démonstration installée dans leur atelier à Hyères en 2016 et l’inauguration de la première station de recharge pour voiture électrique alimentée à 100 % par des déchets végétaux, Mini Green Power n’a pas tardé à convaincre. Une première mini centrale verte a été installée l’année dernière dans une usine sicilienne et la réussite est au rendez-vous puisque cette dernière a déjà produit 2,5 MW d’énergie thermique et 200 kW d’électricité.

La start-up a également lancé sa première filiale à Madagascar en 2018, en partenariat avec la société malgache Copefrito. Destinées aux particuliers, aux hôtels et aux industriels, les mini centrales combineront biomasse, solaire et diesel pour générer de l’énergie à bas coût dans une région où elle coûte cher et où le réseau est peu fiable.

Soutenue par l’Union européenne, Mini Green Power mise d’ailleurs de plus en plus sur l’association du solaire et de la biomasse pour faciliter la production d’électricité ou de froid, notamment dans les pays du Sud. L’Afrique et l’Amérique latine sont ainsi au cœur de sa cible, même si l’Hexagone n’est pas en reste avec l’installation d’une centrale de cogénération prévue à Cabasse dans le Var.

Autre développement futur annoncé : l’adaptation du procédé au bois de classe B, c’est-à-dire issu de l’ameublement. Des déchets qui représentent quelque 10 millions de tonnes chaque année et ne connaissent aujourd’hui aucune filière de valorisation en France.

De quoi augurer encore de belles réussites pour cette start-up qui ambitionne de vendre 50 mini centrales vertes par an d’ici 5 ans et de révolutionner au passage notre modèle de production énergétique au profit d’une énergie propre et locale.

 

http://www.minigreenpower.com/le-produit

Retour au Blog

Laisser un commentaire